11.11.2016 - Que faire à New York, que visiter à New York

Les New-Yorkais nombreux à jouer au poker en ligne en pros


Hi,

Je vous propose exceptionnellement pour ce post un article invité ! C’est le premier que je vous propose sur We Love New York car je ne maîtrise pas assez le sujet du poker en ligne ! Je pense qu’il peut intéresser certains d’entre vous !

Aussi inattendu que ce soit pour une ville où les jeux d’argents ne sont pas disponibles, de nombreux New-Yorkais sont des passionnés du poker et se débrouillent vraiment bien. Ce n’est pas vraiment un milieu que je connais ou que j’affectionne mais j’ai toujours eu de l’admiration pour les aventuriers qui se donnent les moyens de réussir. C’est pour cela que j’avais envie de vous présenter 5 portraits de New-Yorkais qui ont réussi à percer dans le monde du poker pro et que vous avez peut-être croiser sans le savoir.

C’est l’une des rares femmes à jouer au poker en professionnel, et elle utilise sa féminité comme un atout. Il y a cinq ans, Jamie a quitté sa carrière d’avocate pour tenter sa fortune au poker à temps plein. À 33 ans, la jolie blonde explique qu’elle exploite son image candide de fille en jouant agressivement et en bluffant. Et oui, les hommes pensent souvent que les femmes jouent petit et qu’elles ne savent pas bluffer. Cette stratégie lui a réussi puisqu’elle a engrangé environ 500 000 $ en jouant dans les tournois live, et plus de 700 000 $ lors de jeux en ligne, avec malheureusement en prime, des remarques sexistes le long du chemin.
Erik Seidel

erik-seidel-4-f5_orig_f5Source : PokerFuse

Erik était trader dans les années 80, mais suite à l’effondrement du marché en 1987, il perd son emploi très lucratif. Il n’est pas étonnant de le retrouver dans le monde du poker qui possède certaines règles en commun avec le monde de la bourse. À 56 ans, ce papa de deux enfants a joué son premier World Series sept mois seulement après la perte de son emploi et il y a remporté 280 000 $. Ce résident d’Upper West Side découvre alors à quel point il est bon aux cartes. Aujourd’hui, ce requin professionnel des tapis verts à totalisé plus de 29 millions de dollars, faisant de lui l’un des joueurs les plus prospères dans le monde.

 

Vanessa Selbst

 

EPT8MON

Source : Global Poker Index

Voici une native de New-York dont la ville peut être fière. Non seulement Vanessa Selbst est devenue la meilleure joueuse du monde femme de poker, mais elle est aussi une figure emblématique de la communauté LGBT. Elle s’était d’abord orientée en sciences politiques, avant de décrocher un second diplôme à la très renommée Yale Law School. Sa passion pour les jeux en général (vidéos, de société) l’amène naturellement au poker et elle participe en 2006 aux World Series Of Poker. En 2014, elle remporte le gain phénoménal de 871 148 $, même si sa plus grosse victoire reste celle du Main Event du Partouche Poker Tour pour un gain exceptionnel de 1 823 430 $. Aujourd’hui Vanessa profite de sa notoriété et de ses gains pour s’impliquer en politique et dans la justice sociale.

 

Asher Conniff

Source : CardPlayer

À l’opposé d’Erik Seidel on trouve Asher Conniff, 28 ans, ancien vendeur d’un fish-and-chips à emporter. Sa malchance à tourner l’année dernière, le jour où il a eu l’opportunité de participer au tournoi du World Poker Championship World Tour à Atlantic City. Il a abandonné des vacances en famille en Europe pour jouer au poker et s’est retrouvé avec la modique somme de 973 000 $. Sa mère, qui était très énervée de le voir abandonner le voyage lui a rapidement pardonné. Depuis, elle ne dit plus jamais rien quand il rate un événement…

 

Dan Shak

original_rs23412_dan_shak Source : CardPlayer

Dan Shak est passé maître dans l’art de la multitâche. Entre deux parties de poker sur son ordinateur portable, il décide des achats et des ventes d’actifs pour son travail comme négociant de métaux précieux. Cela l’oblige parfois à quitter un tournoi en plein milieu parce qu’il se passe beaucoup de choses sur le marché des métaux. Depuis 2011, Dan peut se permettre de travailler où il veut et n’a plus de bureau. Son commerce, il le fait sur la route, en itinérant. Dan raconte : « Je peux quitter la table pendant une heure et retrouver mes jetons quand je reviens ». À 57 ans, il partage son temps entre Las Vegas et les Hamptons et a déjà accumulé 8,5 millions de dollars de gains.

J’espère que cet article invité vous aura plu. A très vite !



Ecrire votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. les champs requis sont marqués d'un *